Les répercutions sur 2009 du tsunami financier 2008

par zakariaa 11 Janvier 2009, 19:55 Impact économique de la Crise

L’année 2008 restera gravée dans l’histoire des marchés boursiers. Certains l’ont dors et déjà surnommé le tsunami boursier. S’agissant d’une crise de confiance généralisée jamais vue, les craintes d’une récession en 2009 des économies des pays industrialisés ne sont pas écartées. Un tel tsunami, a d'abord emporté le secteur financier avant de s'étendre à l'ensemble de l'économie réelle.

Malgré les efforts de sauvegarde allant de plans de sauvetage aux plans de relance jusqu’à l’injection de liquidités et les baisses des taux, les gouvernements et les banques centrales n'ont pas pu ramener le calme sur les marchés de capitaux. Le manque de confiance dans tout le système installée a conduit à la paralysie de ce  marché.

Pour l'heure, l'avis est quasi général sur le fait que les marchés continuent d'anticiper une récession sévère. Plusieurs grandes entreprises enregistrent qu’il ne faut s'attendre à une stabilisation des bénéfices avant la fin de l'année, voire le début de 2010. Elles s’appuient sur l'expérience qui prouve que les marchés d'actions amorcent un redressement au plus tôt six mois avant que les profits des sociétés ne touchent leur plancher. Dès lors, il n'est guère envisageable d'espérer un rebond réel des indices boursiers avant le 2ème  semestre 2009.

Donc, la récession est inévitable en 2009 car comme le soulignent les experts d'ING Investment Management, " les entreprises pourront, d'une part, tirer profit de la baisse des prix des matières premières, mais seront, d'autre part, confrontées à un renchérissement du (re)financement et à des pressions baissières sur le chiffre d'affaires en raison de la récession ".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires
A
<br /> Malgré les déclarations des responsables Marocains qui stipulent que le pays n’est touché par la crise, on remarque que le gouvernement a engagé des mesures pour soutenir les secteurs de l’automobile et du textile. Ce gouvernement c’est engagé sur l’aide au financement du fonds de roulement des entreprises, le soutien aux charges patronales et la mise en place des actions de prospections commerciales.                Ceci, justifie d’une part l’ampleur de la crise et d’autre part que le Maroc n’est pas épargné de cette crise. Dans notre pays deux secteurs, l’automobile et le textile, sont très touchés par le tsunami financier<br />
Répondre
A
<br /> Malgré ce qui a été avancé, certains spécialistes estiment que l'économie islamique est la solution idoine à la crise financière mondiale. Le financement islamique séduit de plus en plus à travers le monde. Elle s'érige comme l'une des réponses à la crise qui secoue actuellement les marchés financiers. Bannissant l'usure et la spéculation, celle-ci s'impose comme seul moyen d'introduire plus d'éthique dans les transactions financières. Et cela semble avoir beaucoup d'échos même en occident.<br />
Répondre
N
<br /> Vu que l'économie américaine représente presque le quart de l'économie mondiale, il est évident que ce qui se passe sur le quart décisif de l'économie mondiale affecte le reste de la planète. La crise aux états unis risque de durer très longtemps. Il s’agit d’un réajustement très brutal, de vaste ampleur et dont les conséquences sont durables.<br />  Aujourd'hui personne n'est en mesure de dire avec précision jusqu'où ira cette crise. En tout état de cause, il est tout à fait certain, compte tenu des volumes en cause et de l'interdépendance des économies, que cette crise risque de s'étaler sur plusieurs mois.<br />
Répondre

Haut de page