Pourquoi les banques Européennes redoutent l’application des nouvelles règles de Bâle III?

par Zakariaa OURIQUA 21 Avril 2010, 21:57 Impact économique de la Crise

Pourquoi les banques Européennes redoutent l’application des nouvelles règles de Bâle III?

Alors qu’elles s'activent pour mettre en œuvre, d'ici la fin de 2012, les nouvelles règles dans le cadre de Bâle III, les banques européennes préviennent que ces normes pèseront sur le financement de l'économie. D’après certains analystes, ces nouvelles règles bancaires coûteraient six points de croissance à l'Europe. Ils affirment, aussi, que les mesures privilégiées par Bâle III sont très coûteuses pour les banques, qui seraient donc obligées d'augmenter les taux d'intérêts sur les crédits aux particuliers et entreprises.

Il est à rappeler que la qualité, le contenu et la transparence des fonds propres seront renforcés par les futures normes prudentielles BâleIII. Sous Bâle II, les banques pouvaient se contenter de détenir 2 % de capital rapportés à leurs actifs pondérés. Sous Bâle III les régulateurs veilleront davantage à la qualité des fonds propres retenus dans le calcul du Tier-1 (actions ordinaires et résultats mis en réserve). Les fonds propres liés aux risques de contrepartie seront particulièrement relevés, notamment ceux découlant des produits dérivés. Un nouveau ratio, dit d'effet de levier, sera introduit dans la perspective d'un ajout au pilier 1 de Bâle II pour éviter un trop fort endettement des banques. Aussi, Bâle III va promouvoir la création de coussins contracycliques de capital et un système de provisionnement des risques plus transparent. Un ratio global de liquidité sera appliqué aux banques internationales, incluant une couverture de leurs besoins d'au moins trente jours.

Ainsi, ces nouvelles règles destinées à éviter une nouvelle crise financière reposent sur trois ratios : solvabilité, liquidité court terme et liquidité long terme. Pour les banques ce sont le premier et le dernier qui posent problème. Si les banques mettent en avant les conséquences néfastes sur le crédit et l'économie en général, il ne faut pas oublier qu'elles ont leurs propres raisons pour résister à la mise en place de la nouvelle régulation.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page