Contrat programme logistique signé par l’état, mais !

par Zakariaa OURIQUA 26 Avril 2010, 22:52

Contrat programme logistique signé par l’état, mais !

Enfin ! le contrat-programme logistique dont l’objectif est de lancer une stratégie intégrée pour le développement de la compétitivité logistique du Maroc a été signé le 20 avril entre l’Etat et la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) sur le site de la nouvelle zone de Zenata. En même temps a été signé le contrat d’application pour le développement de zones logistiques dans la région du Grand Casablanca. Ce contrat programme dont l’armature repose sur la création d’un réseau de zones logistiques multi-flux à travers le Royaume est prêt depuis plusieurs mois. Son objectif : «apporter les réponses nécessaires au développement du secteur logistique et les solutions adéquates aux problèmes actuels de gestion des flux de mobilité dans les grandes agglomérations et centres urbains». Ce plan permettra également de compléter le cadre opérationnel requis pour l’atteinte des objectifs visés par les différentes stratégies sectorielles comme le Plan Maroc Vert, Rawaj, Emergence…

Mais sa signature avait été retardée en raison de points de discorde qui ont fait l’objet d’âpres négociations entre les professionnels et le ministère de l’équipement et du transport. Il s’agit de trois points essentiels aux yeux des privés concernant l’accès au foncier, la participation du privé au Groupement d’intérêt économique (GIE) et la suppression de la circulation des poids lourds en centre-ville.

GAIN : Un point de PIB en plus

Le contrat-programme logistique est axé sur la création d'un réseau intégré de zones logistiques réparties à travers les principales régions du Royaume pour rationaliser et intensifier les flux, mais aussi pour faire émerger des acteurs importants dans le domaine. Ces zones nécessitent la mobilisation à l'horizon 2015 de quelque 1 980 hectares, ce qui fait que l'Etat s'est engagé à avoir recours dans une large mesure au foncier public, notamment pour la région de Casablanca qui sera traitée en priorité avec celles de Tanger-Tétouan. Elles doivent bénéficier d'une connectivité effective aux réseaux ferroviaires et autoroutiers pour une meilleure fluidité du transport des différentes marchandises. L'investissement requis pour leur réalisation est estimé à 116 milliards de DH à l'horizon 2015.

L'objectif est de ramener les coûts logistiques à 15% du PIB en 2015 au lieu de 20% actuellement. Selon les prévisions, la réalisation des plateformes de services logistiques et leur bonne gestion pourraient se traduire par une valeur ajoutée supplémentaire pouvant aller jusqu'à 5 points du PIB en cinq ans, soit entre 15 et 20 milliards de DH, ou 0,5 à 0,7 point de PIB annuel.

Source : La Vieéco

Mohamed Moujahid
26-04-2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page