La finance islamique, argument publicitaire du libéralisme ou solution à ses crises multiples?

par Zakariaa OURIQUA 28 Août 2009, 11:36 Finance Islamique

La finance islamique, argument publicitaire du libéralisme ou solution à ses crises multiples?

Dopé par la mondialisation et la globalisation, personne ne peut ignorer que le système économique libéral ne cesse de développer les solutions les plus astucieuses pour convaincre les individus à consommer. Ce système donne aux propriétaires des moyens de production la possibilité de rechercher le profit et l’accumulation du capital par tous les moyens y compris la transformation des cultures des peuples, leurs spiritualités et leurs civilisations en produits marchands. En ce qui concerne le côté financier, ce système économique a subi une dérive financière qui l'a éloigné un petit peu même de la doctrine capitaliste. Comme le précise Georg Lukacs, toutes les relations et toutes les pensées dans la civilisation capitaliste deviennent inéluctablement des rapports marchands.

Le développement de la financiarisation a conduit à une économie d'endettement généralisé et une finance dérégulée pour maintenir un taux de profit croissant, s'éloignant de l’éthique capitaliste où les risques sont principalement assumés par les apporteurs de capital stable.

Les exemples de cette tendance sont multiples et l’utilisation du label islamique à une multitude de produits en est l’un d’eux. Ainsi, la question qu’on a le droit de poser, aujourd’hui, est ce que le nouveau langage qui reprend, dans les domaines économiques et financiers, les titres de l’Islam, en les détachants de leur portée transcendante et éthique pour en faire des biens de consommation, n’est seulement qu’une nouvelle création qui rentre dans le cadre de la nouvelle idéologie de la séduction et du désir qui s’effectue par le biais du marketing. D’un autre côté, la finance islamique ne constitue pas une des solutions pour moraliser le système financier classique.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page